Search
Jeudi 18 janvier 2018
  • :
  • :

SAPLI : Le président de la MUDESSA dresse son bilan

Dimanche 7 février, les membres de la Mutuelle de développement économique et social de Sapli (MUDESSA) étaient en assemblée générale élective. À la tête de l’association depuis mai 2012, le président Kouakou Koffi Fofié a dressé l’état de sa gestion.

Le président Kouakou Koffi Fofié a défendu son bilan à la tête de la MUDESSA

Le président Kouakou Koffi Fofié a défendu son bilan à la tête de la MUDESSA

Le président sortant de la MUDESSA s’est félicité du retour à Sapli du chef de la province Foumassa, exilé à Bondoukou. Cet exil de Dua Kobenan II fait suite à un conflit né d’une exploitation forestière qui l’a opposé à la communauté villageoise. « Juste après notre  élection, nous avons mené des actions afin de faciliter son retour. Nous avons réhabilité sa résidence. Le chef a regagné Sapli courant septembre 2012 », a-t-il expliqué. S’ajoutent le reprofilage de la route menant du village au goudron (la Nationale), la réparation d’au moins 1 km de voie à l’intérieur de Sapli, l’amélioration des rapports entre les autorités préfectorales et le village, la construction de 3 salles de classe, la mise à jour du plan de lotissement et l’extension du lotissement de la localité, l’installation d’un centre social, la redynamisation de BABOTON (la coopérative agricole villageoise) .

La salle du lycée Schoelcher à Adjamé (Abidjan) a été pris d'assaut par les ressortissants de Sapli

La salle du lycée Schoelcher à Adjamé (Abidjan) a été pris d’assaut par les ressortissants de Sapli

Pour le premier responsable de la Mutuelle, « la coopérative a toujours été instable à cause du comportement de certains villageois. Jusqu’en 2012, elle n’existait que de nom ». Il a vertement accusé un groupe de personnes conduit le nommé Mouroufié Daouda. « Ses actions ont toujours visé le sabotage de la coopérative, cet important outil de développement ». Kouakou Fofié poursuit que «monsieur Mouroufié a créé sa propre société coopérative appelée SOCOPAZ. À l’origine, le prétexte avancé, c’était d’avoir les moyens pour construire une mosquée. Ce motif est vite abandonné et depuis 2012, il sème la zizanie à la coopérative BABOTON en lui livrant une concurrence ». Et d’ajouter que la réalisation de tous les projets sociaux de Sapli ont été financés par la coopérative villageoise. «Mouroufié Daouda n’a jamais déboursé de l’argent pour contribuer au développement du village. Au contraire, il aime profiter de ses parents paysans en achetant leurs noix de cajou à bas prix », a révélé le président de la MUDESSA. Expliquant qu’il a fallu trouver « quelqu’un de compétent pour relancer les activités de la coopérative ». Le doyen Dua Koffi a accepté les charges de PCA.

Une partie du public

Une partie du public

L’intervention du président de la Mutuelle a permis à la coopérative de prendre des engagements avec la société BPS. Ceux-ci ont eu pour résultats les performances suivantes :

Année 2011 2012 2013 2014 2015

Quantité en Kg

170.703 530.510 568.918 627.978 609.191
Valeur en francs CFA 45.206.610 129.974.950 117.766.026 156.994.500 240.000.000
Tableau d’évolution des achats de la coopérative

À ces chiffres s’ajoutent, en 2013, le paiement de 3 millions francs CFA aux villageois. Cet argent représente une partie des achats d’anacarde non payés. Il y a eu l’ouverture d’un compte bancaire qui a permis de constituer une épargne de 21 millions francs CFA, entre 2014 et 2015.

Cas particulier du château d’eau

La construction du château d’eau fait partie des acquis de l’équipe dirigée par l’administrateur des services financiers. Pour rappel, les démarches pour la construction de l’infrastructure ont été entreprises en 1999. Un compte d’eau de 5 millions francs CFA avait été ouvert à la CMEC de Sapli. Cette somme, exigée par le gouvernement de l’époque, était la contribution du village au projet. Mais le coup d’État intervenu la même année et les crises successives ont retardé la réalisation du château.

Une vue du château d'eau de Sapli

Une vue du château d’eau de Sapli

En avril 2013, suite à un reportage instigué par le bureau de la MUDESSA sur la situation dramatique d’approvisionnement en eau à Sapli, le gouvernement a réagi par la mise en route du projet de construction d’une hydraulique villageoise améliorée (HVA). « Mais estimant que cette infrastructure sera vite dépassée à cause de l’étendue du village, nous avons rencontré le ministre des Infrastructures économiques qui a fait transformer le projet en hydraulique urbaine », a précisé le président.

Le château a été réalisé. « Le premier compteur d’eau a été posé le 20 octobre 2015 par la SODECI », a-t-il révélé. Depuis, les abonnements se sont succédé : plus de 500 compteurs posés. Kouakou Fofié a témoigné sa gratitude à la presse régionale. Notamment aux journalistes Norbert Séhi (Agence ivoirienne de presse) et Noël Yao (ONUCI-FM).

Bien que beaucoup de projets n’aient pu voir le jour durant les 3 années de mandat, les membres de la MUDESSA ont, par acclamation, reconduit l’équipe du Commandant des Douanes. Elle a 2 ans pour relever de nouveaux défis de développement économique et social.

ABOU KAMAGATÉ



Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *