Samedi , 23 septembre 2017
L'Édito

RÉGION DE GONTOUGO : Les provinces du royaume bron et leurs rôles

Le royaume bron (abron), dans le Nord-Est de Côte d’Ivoire, est un ensemble de 5 provinces : l’Ahinifié, le Pinangô, le Foumassa, l’Angobia, l’Akidom. À la tête de ces entités territoriales traditionnelles, des chefs. Au-dessus d’eux, le premier responsable du royaume : le roi. Quel rôle joue chacun de ces « 5 piliers » de l’organisation sociale et politique des Bron, peuple « méticuleux » ?

Nanan Kouassi Adjemane, roi des Bron

Nanan Kouassi Adjemane, roi des Bron

L’Ahinifié

Dans l’ordre de préséance, l’Ahinifié – qui veut dire « la Cour royale » –, occupe la première position. Une place qui lui vaut son importance au sein du royaume. Il revient à cette province de fournir le roi qui présidera aux destinées des Bron. L’Ahinifié sonne la noblesse : elle s’entend comme « province royale ». La reine mère semble en être la première personnalité, vu son rôle important dans la désignation du roi. Et Tangamourou, village où elle réside, dans le département de Tanda, pourrait être désigné capitale de l’Ahinifié.

Le Pinangô

Nanan Adou Bibi II, chef de la province Pinangô

Nanan Adou Bibi II, chef de la province Pinangô

Par sa taille, le Pinangô est la province la plus vaste. Il est composé des cantons Bini (Kouassi-Datékro), le Baribo (Sandégué), Nassian. Le Pinangô couvre les zones de Tankessé, Transua, Appimandoum, Pinda-Boroko, et Sorobango.

À l’arrivée des Bron du Ghana, Bohi a été la capitale de la province. Mais pour des raisons inconnues, Wolékéhi est devenu le centre de décision du Pinangô. Le village abrite la Cour de Nanan Adou Bibi II, 24ème chef. Intronisé en 2001, il totalise à ce jour 14 années de règne. Il joue le rôle de ministre de la défense de tout le royaume. Il en assure la sécurité.

Le Foumassa

Le Foumassa – qui signifie « prêt pour le combat » –, a une origine ashantie. Les populations de cette province ne sont donc pas originellement des Bron. Leur dissolution dans le peuple bron serait intervenue à la suite d’un acte de solidarité. Des Ashanti se seraient solidarisés des Bron, au moment de la migration de ces derniers du Ghana vers la Côte d’Ivoire. Nanan Dua Kobenan II dirige le Foumassa. Le siège se trouve à Sapli.

L’Angobia

Kouakou Adjoumani, chef de l'Angobia

Nanan Kouakou Adjoumani, chef de l’Angobia

L’Angobia (littéralement, « ne va nulle part« ) se présente comme la province qui accomplit la mission de garde royale. Elle est chargée d’assurer la garde du roi. Nanan Kouakou Adjoumani préside aux destinées de la province, à Tiédio.

L’Akidom 

Nanan Kossonou Ampime, chef de la province Akidom

Nanan Kossonou Ampime, chef de la province Akidom

L’Akidom – qui veut dire « arrière » –, est l’arrière-garde du royaume bron. Le chef de cette province a un rôle d’encadrement et de surveillance. Le Pinangô étant à l’avant-garde avec sa fonction de « ministère de la Défense », il lui faut quelqu’un pour surveiller les arrières. Tâche dévolue à Nanan Kossonou Ampime, chef de l’Akidom, à Gouméré. À noter aussi qu’après la désignation d’un nouveau roi, il revient au premier responsable de l’Akidom de lui remettre les attributs royaux.

À Abengourou, chez les Agni, l’ensemble des cantons forme le royaume indenié. Au contraire des Bron, chez qui l’entité territoriale est un ensemble de provinces. Ces dernières étant formées de cantons. Viennent, enfin, les villages. Les 5 provinces du royaume sont indépendantes les unes des autres.

OSSÈNE OUATTARA

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

2 commentaires

  1. Merci aux initiateurs de ce site qui nous permet de comprendre et connaître les réalités dans le Pays Bron
    vous êtes à féliciter.

  2. C’est une fierté pour moi d’être Bron et non Abron! Oh quel patrimoine culturel, qui hélas est méconnu? Aussi je souhaiterais que vous consacrez des pages entières pour sensibiliser la jeunesse à la culture Bron, cela permettra de mieux faire connaitre notre histoire qui est vraiment fascinante! Nous, nous avons la chance d’appartenir à la province « Ahinifié » ce qui nous permet de poser des questions à nos Chefs pour en savoir un peu plus sur notre origine! mais il faudrait l’ensemble des fils et des filles connaissent cette richesse culturelle que nous avons! Merci encore pour ce que vous faites et que Dieu bénisse cette initiative! Merci.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>