Dimanche , 19 novembre 2017
L'Édito

L’iQOS : la cigarette sans fumée, ni cendres

iQOS-1

Parlant de la cigarette classique, André Calantzopoulos, directeur général du géant cigarettier Philip Morris International (PMI), affirme : « Nous fabriquons un produit qui cause des maladies ». Et d’ajouter : « La première responsabilité que nous avons dès que la technologie est disponible – et aujourd’hui elle l’est – est de développer des produits comme celui-là et de les commercialiser dès que possible ». Ce produit-là, c’est l’iQOS.

Lancé fin 2014, après des recherches scientifiques entreprises depuis 2008, PMI mise gros sur l’iQOS pour rendre moins dangereux l’acte de fumer. Plus de 3 milliards de dollars investis dans la recherche et la conception du produit. Cette cigarette électronique est un des 4 produits du tabac sans fumée du groupe pour satisfaire la demande des adultes qui souhaitent continuer à fumer. En dépit des campagnes anti-tabac menées par les ONG et l’OMS [Organisation mondiale de la santé].

iQOS-2

Le fabricant de la marque Marlboro partage les résultats de ses recherches scientifiques sur le potentiel de risques réduits que comporterait l’iQOS. À Bamako, les 19 et 20 mai 2017, devant une cinquantaine de journalistes africains – tous membres du Réseau des journalistes observateurs de l’industrie de la nicotine et du tabac (REJOINT) – Harouna Ly, directeur des Affaires institutionnelles chez PMI en Afrique de l’Ouest, a dit l’espoir que la firme place en l’iQOS pour réduire les maladies non transmissibles (cancer, maladies respiratoires et cardiaques) dont la cigarette reste une des causes. « La réduction de la nocivité du tabac devrait venir en complément de la prévention et des efforts pour arrêter de fumer », a souligné monsieur Ly. Les fumeurs souhaitant continuer à fumer sont pris en compte. « Nos nouveaux produits, qui sont potentiellement moins nocifs, sont un bien meilleur choix pour eux », a poursuivi le directeur.

Harouna Ly expliquant les recherches de PMI pour réduire la nocivité du tabac

Harouna Ly explique aux journalistes les recherches de PMI pour réduire la nocivité du tabac

Selon le médecin addictologue Djè-Bi Bernard, responsable du Centre d’accueil de la Croix bleue de Côte d’Ivoire, les substances nocives contenues dans le tabac (nicotine, acroléine, goudron, dioxyde de carbone,…) se libèrent pendant la combustion. Éviter de brûler la matière première : l’iQOS résout l’équation. Le dispositif électronique chauffe le tabac, sans le brûler. Pas de fumée qui s’échappe. Ni cendres qui tombent. Mécanisme différent des cigarettes électroniques qui utilisent un liquide se transformant en vapeur.

Deux millions de fumeurs sont déjà passés de la cigarette combustible à l’iQOS, a révélé Harouna Ly. Le produit a été lancé dans 21 pays, dont l’Afrique du Sud. Philip Morris International espère le commercialiser dans 35 États, avant fin 2017. Dans l’attente d’être vendu dans le monde entier.

OSSÈNE OUATTARA

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>