Jeudi , 27 juin 2019
L'Édito

Le soutien multiforme de la filière cajou à l’opérationnalisation du SRE

Le directeur de l’Autorité de régulation du système de récépissé d’entreposage montrant gaiement les clés du pick-up remis par son collègue du CCA

Le directeur de l’ARRE montrant gaiement les clés du pick-up remis par son collègue du CCA

Jeudi 28 mars. Par le truchement du directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde (CCA), le Projet de promotion de la compétitivité de la chaîne de valeurs de l’anacarde (PPCA) a remis un véhicule pick-up à l’Autorité de régulation du système de récépissé d’entreposage (ARRE). Ce don vise à permettre la mobilité de cette nouvelle structure de financement des produits agricoles, notamment la noix de cajou dans son volet transformation. C’est le premier responsable de l’ARRE, Koffi Justin, qui a réceptionné les clés de la voiture utilitaire dans l’enceinte de l’immeuble CAISTAB, à Abidjan, quartier des affaires.

Le directeur du CCA, Adama Coulibaly, a saisi l’occasion pour rappeler les appuis de l’organe de régulation à l’opérationnalisation du Système de récépissé d’entreposage (SRE) lancé le 23 février 2018. Entre autres : la location d’un bâtiment à usage de local technique pour l’ARRE, la fourniture du mobilier de bureau, la location d’un data center (centre des données), l’acquisition d’équipements informatiques, la formation des banques et établissements financiers sur le SRE.

CCA-ARRE-2

La contribution de la filière cajou au budget de l’ARRE est de 413 millions de francs CFA sur 2,5 milliards de francs CFA. « Il reste 2,087 milliards de francs CFA à rechercher pour que l’ARRE puisse accomplir efficacement les missions qui lui sont assignées », a laissé entendre Koffi Justin. Remerciant le CCA pour son don, il a sollicité le concours des autres partenaires techniques et financiers du RSE.

Soutenu par la Société financière internationale (SFI), le Système de récépissé d’entreposage est une méthode de financement par laquelle des prêts sont octroyés contre des biens détenus dans un entrepôt. Le gestionnaire de l’entrepôt émet un récépissé pour les marchandises stockées. Ces dernières sont utilisées comme garantie mobilière lors d’une demande de prêt auprès d’une institution de crédits.

L’une des conditions de réussite de ce nouveau mécanisme de financement est l’existence de magasins de stockage qui obéissent à des normes de qualité. Ambitionner de transformer la production nationale de noix de cajou, c’est avoir la capacité d’entreposer entre 700.000 et 800.000 tonnes. La loi relative au RSE a été adoptée le 20 juillet 2015.

OSSÈNE OUATTARA

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>