Lundi , 17 juin 2019
L'Édito

KOUASSI-N’DAWA (BONDOUKOU) : L’institutrice condamnée à 3 ans d’emprisonnement ferme

La petite Abouké Lysania avec ses pansements aux mains

La petite Abouké Lysania avec ses pansements aux mains

Un fait divers sordide. Daté Adja Fodjo, une maîtresse d’école de 35 ans et mère de 2 enfants, a été accusée d’avoir volontairement brûlé à l’eau chaude les mains d’une écolière de 7 ans, en classe de CE1. Les faits se sont passés lundi 13 octobre 2014, à l’école primaire 2.

L’affaire a failli être étouffée par les collègues de l’enseignante, en complicité avec le tuteur de la fillette. Mais un informateur anonyme a saisi le chargé de programme Protection et Education de l’ONEF (Organisation nationale pour l’enfant, la femme et la famille), à Bondoukou.

Les faits

Daté Adja Fodjo a soupçonné la petite Abouadjé Eunice Lysania d’avoir volé de la viande dans la sauce de son collègue. L’institutrice a, en guise de châtiment, plongé les mains de l’écolière dans une eau bouillante.

Informé, Gnéblé Labé (chargé de programme Protection et Education de l’ONEF) s’est rendu dans ce village, le 23 octobre, pour enquêter sur la véracité des faits. Les échanges avec les enseignants, en présence du tuteur de la fillette, n’ont pas permis de faire la lumière sur la raison des blessures et sur l’identité de l’auteur de ces sévices. « Tous ayant refusé de dire comment les brûlures ont apparu sur les mains de l’enfant de 7 ans », raconte monsieur Labé. Qui a dénoncé de « nombreuses incohérences » dans les propos de ses interlocuteurs.

L’affaire prit une autre dimension quand le militant des Droits de l’Enfant a saisi le Commandant de la brigade de gendarmerie. Ce dernier convoque la petite Lysania, son tuteur, la maîtresse désignée par l’informateur anonyme, et les responsables de l’Inspection de l’enseignement primaire (IEP) dont dépend l’école.

Une vue de l'étendue des blessures de la petite Abouadjé Enice Lysania

Une vue de l’étendue des blessures de la petite Abouadjé Eunice Lysania

Face au gendarme, ils ont affirmé que l’enfant s’est brûlée accidentellement en tombant dans l’eau, lors d’une partie de jeu. Affirmation soutenue par la concernée. Mais une zone d’ombre demeure : à part les mains, aucune autre partie du corps de l’écolière ne présente des marques de brûlures.

Gnéblé Labé n’est pas dupe. Convaincu qu’Abouadjé Lysania a reçu des consignes de ne pas dénoncer sa maîtresse. L’affaire est portée devant le Tribunal. Face au juge, le 8 janvier 2015, l’enseignante passe aux aveux. La voix étreinte par le remords, elle a affirmé avoir délibérément ébouillanté les mains de l’écolière. Mais le procès sera ajourné plusieurs fois.

Jeudi 5 février, le verdict tombe. L’institutrice, reconnue coupable et condamnée à 3 ans de prison ferme. Datté Fodjo devra payer 500 000 F à titre de dommage et intérêt à sa victime.

MISS JOCELYNE

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>