Mercredi , 18 octobre 2017
L'Édito

DE WASHINGTON À TABAGNE : L’incroyable retour d’une Afro-Américaine sur la terre de ses ancêtres

Kelley Page Jibrell (à droite) avec Gboko Solange. Ressemblance étonnante entre l'Américaine et l'Ivoirienne

Kelley Page Jibrell (à gauche) avec Gboko Solange. Ressemblance étonnante entre l’Américaine et l’Ivoirienne

Remontant ses origines, Kelley Page Jibrell a foulé le sol de Tabagne, chef-lieu de sous-préfecture, dans le département de Bondoukou. L’Afro-Américaine doit à la providence son retour sur la « terre de ses ancêtres ».

Récit d’une rencontre avec les « siennes »

Invitée au forum de l’African Growth Opportunity Act (AGOA) tenu du 24 au 28 août 2015 à Libreville (Gabon), Edwige Hammond, secrétaire générale de Filière karité de Côte d’Ivoire (FIKA-CI), a fait la connaissance de Kelley Page Jibrell. Cette Afro-Américaine figurait au nombre des panélistes de la rencontre. À la fin de son intervention axée sur le mentorat et le leadership, madame Hammond s’est approchée d’elle en vue d’une collaboration pouvant déboucher sur le développement de programmes profitables aux membres de la FIKA-CI. Dans le cadre ce partenariat naissant, Kelley Page est attendue en Côte d’Ivoire.

À quelques jours de son voyage sur les bords de la lagune Ébrié, l’Américaine tombe sur un article de presse. Le papier relate l’histoire d’Afro-Américains qui se sont rendus à l’Ambassade ivoirienne à Washington pour signifier à l’Ambassadeur Daouda Diabaté qu’ils ont pour pays d’origine la Côte d’Ivoire. Une cérémonie solennelle a été organisée en leur honneur.

Avec le bureau exécutif de la FIKA-CI

Avec le bureau exécutif de la FIKA-CI

Émue par cette découverte, Kelley Page a décidé elle aussi de remonter à ses origines. Pour cela, l’enseignante n’a pas lésiné sur les moyens. Des recoupements historiques appuyés par des tests ADN ont détecté ses origines tribales. Comme ses compatriotes dont elle a lu l’histoire, les résultats des examens la rattachent à une filiation akan de Côte d’Ivoire. Précisément le groupe bron (abron). Le Gontougo est donc la terre de ses aïeux. Et comme par coïncidence, une visite dans cette région était déjà inscrite au programme de son voyage en terre ivoirienne.

L’Afro-Américaine débarque à Tabagne où des femmes d’une coopérative du karité l’attendaient. Kelley Page découvre qu’elle a des traits de ressemblance avec plusieurs femmes du village. Son faciès et celui de Gboko Yahafié Solange, presque identiques. La réunion de travail s’est alors transformée en fête de retrouvailles. Les populations de Tabagne, heureuses de voir une leurs ramenée à ses racines premières par la providence.

Le président du Conseil régional de Gontougo avec l'Afro-Américaine

Le président du Conseil régional de Gontougo avec l’Afro-Américaine

Témoin de ces retrouvailles, Kossonou Ignace, président du Conseil régional de Gontougo, a baptisé le professeur Kelley. Elle est faite reine mère avec Akoua pour nom. « Je suis heureuse de revenir à la maison », s’est-elle exprimée après son baptême.

La belle saga de Kelley Page Jibrell a été évoquée lors de la clôture du dernier forum de l’AGOA à Washington, la capitale fédérale américaine. Le département d’État est revenu sur cette séquence émouvante de la vie de l’enseignante. Sa biographie à lire ici.

ANGE KOUMAN

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>