Mercredi , 18 octobre 2017
L'Édito

BOUNA : Une visite présidentielle sur fond de divisions. La position du CJL-CI

Prévue pour le 30 avril prochain, la visite du président Alassane Ouattara à Bouna, suite aux violences intercommunautaires qui ont secoué le Bounkani, laisse transparaître de profondes divisions entre personnalités de la région. Pour la même visite, 2 comités d’organisation (chacune pilotée par un cadre de l’autre communauté) tiennent des réunions préparatoires distinctes. Face aux tensions encore perceptibles, le Compendium de la jeunesse lobi de Côte-d’Ivoire (CJL-CI) demande le « report » du déplacement d’Alassane Ouattara. Ci-dessous, l’intégralité de la déclaration du CJL-CI.

Le bureau du CJL-CI demande le report de la visite du président Ouattara, annoncé à Bouna le 30 avril

Le CJL-CI demande le report de la visite du président Ouattara, annoncé à Bouna le 30 avril

Depuis un mois, un conflit oppose des agriculteurs lobi aux éleveurs peulh à Bouna, dans la région de Bounkani. Cette situation s’est très vite transformée en un conflit intercommunautaire, opposant les Koulango et Malinké aux Lobi. Le bilan de ce conflit fait état de 33 morts, une cinquantaine de blessés, des milliers de déplacés et de nombreux dégâts matériels.

Aussitôt saisi du problème, le chef de l’Etat, son Excellence Alassane Ouattara, a dépêché 3 missions gouvernementales successives à Bouna pour s’enquérir des nouvelles et appeler à l’apaisement et au retour à la cohésion sociale. Mais force est de constater que, malgré toutes ces missions et nombreux appels à l’apaisement, la tension semble loin de tomber.

Pour consolider définitivement la paix, le président de la République a prévu se rendre à Bouna, le 30 avril 2016. Alors que nous espérions que les préparatifs de cette visite soient pour toutes les communautés du Bounkani une occasion de se parler afin de taire les querelles intestines, ils se présentent au contraire comme source de divisions profondes.

D’une part, des réunions sont organisées par madame la ministre du Plan et du développement, Nialé Kaba, avec des personnes de la communauté koulango et malinké. D’autre part, le Général Lansana Palenfo, Conseiller spécial du président de la République, convoque des rencontres en tant que « doyen des cadres de la région de Bounkani ». D’un côté, nous avons la mise en place d’un comité d’organisation composé de noms à consonance exclusivement malinké et koulango. De l’autre, nous avons la communauté lobi, se sentant exclue des préparatifs de cette visite, demande que la composition du comité d’organisation soit plus juste et équitable.

Fiche pilotée par la ministre Nialé Kaba. Aucun cadre lobi n'y figure

Équipe pilotée par la ministre Nialé Kaba. On y voit que des noms à consonance koulango/malinké

Au regard de ce qui précède, et :

Vu que la tension sur place à Bouna ainsi qu’à Abidjan est encore perceptible ;
Vu qu’il y a encore des cas d’agressions physiques, dont le plus récent est celui à l’encontre d’un étudiant lobi agressé par 2 jeunes koulango formellement identifiés lors de la réunion convoquée par madame la ministre du Plan et du développement, le samedi 23 avril 2016, à l’immeuble SCIAM au Plateau ;
Vu que l’organisation de la visite d’Etat constitue une source de divisions entre cadres de la région ;
Vu que les femmes et la jeunesse du Bounkani sont également divisées du fait de cette situation ;
Vu l’urgence et la gravité de la situation ;
Vu les enjeux de cette visite du président de la République, qui apportera assurément la paix et la réconciliation dans notre région ;
Nous, jeunesse intellectuelle lobi, réunie au sein du Compendium de la Jeunesse Lobi de Côte-d’Ivoire (CJL-CI),

Faisons les recommandations suivantes :

1- Que la visite du chef de l’Etat, son Excellence Alassane Ouattara à Bouna soit reportée à une date ultérieure ;
2- Que le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la sécurité mette en place un cadre d’échanges entre tous les cadres de la région, sans exclusive ;
3- Que les cadres de la région acceptent d’aller à la paix en posant des actions dans ce sens ;
4- Qu’il soit mis en place un comité d’organisation plus inclusif ;
5- Que la jeunesse des différentes communautés soient pleinement associée à cette organisation ;
6- Que les femmes également jouent pleinement leur rôle dans cette importante visite.

Pour notre part, le CJL-CI salue la démarche républicaine du président de la République, son Excellence Alassane Ouattara, de se rendre à Bouna afin de ramener la paix. Aussi, voudrions-nous marquer notre adhésion totale à toutes les initiatives qui vont dans le sens du retour à la paix et à la cohésion sociale dans le Bounkani, notre patrimoine commun.

LE BUREAU DU CJL-CI

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

2 commentaires

  1. Soutien total

  2. belle analyse et belle déclaration

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>