L'Édito

BOUNA : Un militaire tué dans des échanges de tirs avec des bandits sur une route

Les responsables des forces de sécurité de la région de Bounkani. Ils déplorent l'absence de matériels logistiques pour leurs unités

Les responsables des forces de sécurité de la région de Bounkani. Ils déplorent l’absence de matériels logistiques pour leurs unités

Le Sergent-chef Meité Aboubacar des Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI), précédemment en service au Bataillon de Sécurisation de l’Est (BSE) à Bondoukou, a été mortellement atteint au cours d’un échange de tirs avec des coupeurs de route sur l’axe Bania-Léomidouo, dans le département de Bouna.

C’est aux alentours de 20 heures, ce mardi 19 mars, que les forces de sécurité postées au corridor de Bania (localité sise à 34 km au sud de Bouna) ont reçu une information selon laquelle une attaque est en cours contre plusieurs véhicules transportant des femmes commerçantes sur la route menant à Léomidouo.

Trois éléments du corridor, dont le sergent-chef Meité Aboubacar, sont envoyés pour neutraliser les coupeurs de route. À quelques mètres des véhicules immobilisés sous la menace de leurs armes, quelques-uns des bandits sont repérés dans la pénombre. Ils sont trahis par les lumières de leurs torches orientées sur leurs victimes couchées à plat ventre sur le sol. Les militaires peaufinent une stratégie et passent à l’offensive. Mais ils sont vite surpris. En surnombre, les bandits ont pris une longueur d’avance en bouclant tout le périmètre de leur attaque.

Dans les échanges de tirs sans merci, le sergent-chef est atteint dans le dos. Il s’écroule. Les 2 autres ont été obligés de battre en retraite et appeler leur hiérarchie. C’est vers 2 heures du matin qu’un renfort est arrivé sur le lieu. Le manque de matériels roulants serait la cause de ce retard.

Après une battue dans les environs de l’attaque, le corps sans vie du soldat est retrouvé. Les bandits, portant des cagoules, avaient déjà quitté les lieux. Ils seraient une vingtaine armés de kalachs et de fusils de chasse (type calibre 12). Les échanges de tirs ont fait des blessés dans leurs rangs, selon plusieurs femmes qu’ils ont tenu en joug pendant des heures.

Les routes et pistes de la région de Bounkani font partie des plus dangereuses du pays. Des cas d’attaques à main armée y sont régulièrement dénombrés.

KAMAGATÉ ABOU 

Source : AIP

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Un commentaire

  1. Vivement que les autorités compétentes prennent des mesures pour sortir nos parents de ce calvaire. Rip à la famille du soldat.

Répondre à KOUAME OUATTARA Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>