Mercredi , 19 septembre 2018
L'Édito

BOUNA : Un dozo sème la panique à la gendarmerie

Des chasseurs dozos (image d'illustration, crédit ph.: militantvibes.com)

Des chasseurs dozos (image d’illustration, crédit ph.: militantvibes.com)

En détention à la brigade de gendarmerie, Hien Lessouenté (membre de la confrérie des chasseurs traditionnels), a semé la panique, dimanche.

Accusé de coups et blessures sur un éleveur peulh, Hien Lessouenté a été placé en garde à vue. Vers 21 h, il simule un malaise. Suite aux recommandations du médecin venu l’examiner, le dozo est conduit hors de sa cellule et laissé seul dans le hall de la brigade.

Les 3 gendarmes assis dehors ne doutaient de rien. Aux environs de 21h30, le détenu s’empare de sa machette retirée au moment de son interpellation. Avec l’arme blanche, il fonce sur les agents. C’est la débandade ! Les corps habillés prennent la fuite. Puis, des minutes après, reviennent sur leurs pas. Des négociations s’engagent avec le dozo. Mais Hien ne se laisse pas « distraire ». Menaçant, il exige sa libération et refuse de déposer la machette. S’en suit un tir de sommation qui ne donne aucun effet. Un autre coup de feu s’est fait entendre. Le chasseur traditionnel – « invulnérable aux balles » – campe sur sa position.

Un renfort de 5 militaires prend position. Sans résultat. Finalement, c’est un contingent de 30 dozos qui viendra à bout de Hien Lessouenté. Maîtrisé, l’homme a été reconduit en cellule.

Ange Kouman

Source : AIP

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>