Mardi , 12 décembre 2017
L'Édito

BOUNA : Le temps d’un hommage au chef de l’État

Le Premier ministre Gon Coulibaly à Bouna, le samedi 25 novembre 2017

Le Premier ministre Gon Coulibaly à Bouna, le samedi 25 novembre 2017

En posant ses pieds sur le sol de Bouna, ce samedi 25 novembre, le Premier ministre se savait attendu sur la question de l’université de Bondoukou. La réalisation de cette promesse résout à elle seule plusieurs problèmes estudiantins et sociaux. Ça évite aux bacheliers des régions de l’Est d’aller remplir les amphis des universités d’Abidjan déjà en sureffectif, les difficultés d’hébergement et de déplacement dans la mégalopole ; les problèmes de subsistance qui ouvrent la voie à la prostitution, la drogue et la violence, l’abandon des études…

Face à la foule qui s’est réunie pour rendre hommage au président Alassane Ouattara « pour ses actions de développement dans le District du Zanzan », Amadou Gon Coulibaly a trouvé les mots qu’il faut. « Au premier semestre de l’année prochaine, nous reviendrons pour lancer les travaux de construction de l’université. L’université de Bondoukou bénéficiera d’un financement de la Banque islamique de développement. J’ai le plaisir de vous annoncer que lorsque le président de cette institution était de passage en Côte d’Ivoire, le président Ouattara a insisté pour dire que l’université de Bondoukou était pour lui une priorité », a affirmé le Premier ministre. Applaudissements nourris. En novembre 2012, la même liesse a suivi l’annonce d’Alassane Ouattara, lors de sa première visite à Bondoukou en tant que chef de l’État, d’ouvrir en 2014 l’établissement du Supérieur. Depuis, 5 années ont passé. Et rien n’est sorti de terre.

De retour à Bondoukou en 2015, le président a justifié le retard du démarrage des travaux par un problème de purge des droits coutumiers. Cet « obstacle » a été levé. La plupart des personnes à indemniser ayant perçu leurs dus.

La non ouverture de l’université en 2014 n’a pas empêché Kaba Nialé de magnifier le président. « Le Gontougo et le Bounkani n’ont jamais eu autant de cadres promus », a souligné la ministre du Plan et du développement. Indiquant qu’à l’instar des autres régions du pays, le District du Zanzan a bénéficié de plusieurs actions de développement. Cas du CAFOP de Bondoukou, l’électrification de plusieurs villages de la région de Bounkani, des travaux d’adduction en eau potable en cours de réalisation, etc.

Les mêmes propos élogieux ont été prononcés par Kossonou Ignace, président du Conseil régional de Gontougo. Martelant qu’avant l’arrivée d’Alassane Ouattara à la tête du pays, « le Zanzan était dans le noir une fois le soleil couché ».

Autant de raisons qui, pour le chef du gouvernement, valent la mobilisation des Ivoiriens pour la réalisation du vœu présidentiel de l’émergence dans 3 ans. « Nous devons tous être engagés pour la réalisation de la grande ambition du président de la République de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 », a appelé Amadou Gon.

KAMAGATÉ ABOU

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>