Dimanche , 25 août 2019
L'Édito

BOUNA : Le procureur interdit la vente du carburant au détaille en bouteilles

De l'essence exposée en bouteilles et en vente aux abords d'une rue de Bondoukou

De l’essence exposée en bouteilles et en vente aux abords d’une rue de Bondoukou, en 2010

Au cours du pôle judiciaire pénal tenu jeudi 11 juillet dans la capitale de la région de Bounkani, le procureur Ettien Tiémélé a fait savoir que les individus qui revendent de l’essence dans des bouteilles et bidons aux abords des rues seront bientôt mis aux arrêts. Le magistrat a indiqué que la production, le transport, la commercialisation et la distribution des fuels ou autres liquides inflammables est règlementée en Côte d’Ivoire. Précisant que la loi interdit de stocker ces liquides dans n’importe quel récipient.

Selon le procureur de Bouna, le fait de stocker du carburant dans des bidons d’eau minérale présente beaucoup de risques et expose les populations à un grand danger. « Il ne faudrait pas que nous assistons passifs à des incendies souvent volontaires qui endeuillent des familles et causent de nombreux dégâts matériels. Du carburant aux mains de n’importe qui, et dans n’importe quel récipient, c’est dangereux », a averti Ettien Tiémélé. Ajoutant qu’en sa qualité de chef du Parquet, il a instruit tous les officiers de police judiciaire « d’arrêter toute personne en possession de carburant contenu dans un bidon ». La mesure prise par le magistrat s’étend aux pompistes des stations-service qui accepteront de servir de l’essence à un client dans un bidon.

carburant-EN-bouteille-2

La décision ne plaît pas à tout le monde. À Youndouo, dans le département de Bouna, on plaide pour un assouplissement de la mesure. Les personnes qui  mènent des activités avec motos  et tricycles ont affirmé leurs inquiétudes. L’absence de station-service dans leurs localités les oblige à acheter du carburant exposé en bouteilles et vendu sur place. « Si chacun de nous doit parcourir 30 kilomètres par jour pour acheter un litre de carburant à Bouna puis retourner à Youndouo, ça sera très compliqué pour nous et les parents qui souffrent déjà », fait remarquer Kambou Félix.

OSSÈNE OUATTARA

Source : AIP

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>