Lundi , 11 décembre 2017
L'Édito

BONDOUKOU : Un imam tué par son fils

Image utilisée à titre d'illustration

Image utilisée à titre d’illustration

La scène à laquelle ont assisté, jeudi matin vers 9 heures, les habitants de Zanzan résidentiel (près du collège Amani N’Guessan), sera longtemps gravée dans leurs mémoires. Ibrahim Ouattara, imam de la mosquée de Gohondo (village de la sous-préfecture de Laoudi-ba), a été tué par son fils.

Le parricide aurait pour mobile l’argent, a rapporté une source. Expliquant que l’imam Ouattara Ibrahim s’apprêtait à se rendre à Gohondo pour l’enterrement du muezzin de ce village lorsque son fils Ouattara Daouda (trentenaire) lui a réclamé de l’argent que sa mère aurait donné pour le lui remettre. « Ta maman ne m’a rien donné pour toi ! », a répondu le père. Mais l’enfant insiste sur un ton menaçant : « donne mon argent ! ». Le papa tranche : « laisse-moi tranquille ! On parle de décès au village et toi tu m’embrouilles avec ton affaire d’argent ! ». L’altercation verbale va virer au drame.

Occupé à préparer son bagage sur sa moto, le guide religieux est surpris derrière par son fils Daouda, qui lui assomme plusieurs coups avec un gros morceau de bois. Le soixantenaire s’écroule. D’une cour voisine, un jeune en convalescence est témoin de la scène. Ses cris « au voleur !» ameutent des gens du quartier. Ces derniers découvrent le vieux couché par terre, inconscient. Son fils a pris la fuite.

Évacué à l’hôpital, le guide religieux rendra l’âme à 14 heures. Au petit matin d’hier vendredi 24 février, le meurtrier présumé est arrêté à Salèye, à une trentaine de kilomètres de Bondoukou, par la gendarmerie de Laoudi-Ba.

Ouattara Daouda est un repris de justice : plusieurs fois condamné pour divers délits. Le jeune homme est sorti de prison en janvier dernier, à la faveur de la grâce présidentielle ayant accordé la liberté à certains détenus de droit commun. Il est rapporté que c’est son mauvais comportement qui a contraint son père à quitter Gohondo, laissant sa femme et ses enfants, pour résider à Bondoukou. Le fils « indigne » aurait une fois menacé de brûler vif son géniteur. On rencontre souvent son destin sur le chemin qu’on emprunte pour l’éviter.

OSSÈNE OUATTARA 

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

3 commentaires

  1. ADINGRA amadou Ouattara

    Ainsi va la vie .je pense à mon humble niveau qu’il faudrait faire suivre ses détenus par des psychologues avant toute libération.

  2. Quelle Abomination!
    Tuer son père pour de l’argent.
    C’est malheureux.
    Je suis du même avis que vous mr Adingra et Ce n’est pas tout détenu qu’il faut libérer gracieusement.
    Pouffff.

  3. DIABAGATE IBRAHIMA

    INNA ILLAYI WA INNAN ILLEYI RADJIOUNE

Répondre à ADINGRA amadou Ouattara Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>