Mardi , 24 octobre 2017
L'Édito

BONDOUKOU : Pour qui roule le FPI ?

logo-FPI

Depuis un moment, pas de cérémonie du ministre Kouassi Adjoumani, candidat aux Régionales du 21 avril 2013, sans la présence de Kouadio Koffi Mouroufié. Ce dernier est le 1er responsable du FPI de la région de Gontougo. Sa présence aux côtés du député de Tanda offusque les militants de la maison bleu et rose du département de Bondoukou.

Officiellement, Kouadio Koffi Mouroufié n’a pas reçu l’autorisation de son parti pour assister aux rencontres politiques initiées par monsieur Adjoumani à Djipounidouo, Amanvi, Koboko, et Kouassi-N’Dawa. Interpellé à la fois par des militants et des responsables locaux du FPI, Koffi Mouroufié a fait comprendre que sa présence auprès du candidat aux Régionales n’a aucun lien politique. « Après tout, c’est mon frère. Si je l’approche, c’est dans le cadre des activités de l’Association nationale des producteurs de maïs dont je suis le délégué régional. Il est le parrain de cette structure », leur a-t-il répondu. Réponse peu convaincante pour ses camarades de « route ». Ceux-ci le soupçonnent d’abandonner la « lutte » pour faire allégeance à celui qui se fait appeler le « Woody du Zanzan ». Surnom d’Adjoumani pour avoir tenu tête à Laurent Gbagbo, l’ex-président.

A chacune de ses activités politiques, le ministre des Ressources animales brandit Koffi Mouroufié comme un trophée. Indignation pour un militant de base. Selon lui, c’est « une insulte au FPI et à la légitimation de tout ce qui a été raconté comme insanités à l’endroit du président Laurent Gbagbo lorsque monsieur Adjoumani animait ses émissions sur la chaîne TCI, au plus fort de la crise ». Face à l’attitude du fédéral Mouroufié, la jeunesse du parti rose est montée au créneau. Celle-ci a pris le contre-pied des déclarations d’Atta Kouadio. Qui affirmait, dans les colonnes de Le Nouveau réveil du 4 février 2013, que la Jeunesse du front populaire ivoirien (JFPI) de Bondoukou soutenait la  candidature de Kouassi Adjoumani.

Dans une déclaration, le week-end dernier, Gboko Bini Yao (fédéral intérimaire de la JFPI) a démenti les propos d’Atta Kouadio. « Ce jeune n’est représenté dans aucune structure ou mouvement quelconque. La JFPI de  Bondoukou ne se reconnaît pas dans ses déclarations. Tout ce qu’il a dit n’engage que lui seul », a précisé le fédéral. Celui-ci met en garde toute personne qui imitera le geste d’Atta Kouadio. La sanction sera la radiation pure et simple de la fédération. « Car jusqu’à présent, la JFPI de Bondoukou n’a fait aucun cas de soutien à une quelconque candidature ».

Rosemonde Desuza

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>