Mardi , 12 décembre 2017
L'Édito

BONDOUKOU : Lancement de la campagne nationale 2016 du karité

Fatouma Coulibaly Camara (micro en main), présidente de la FIKA-CI

Fatouma Coulibaly Camara (micro en main), présidente de la FIKA-CI

La Filière karité de Côte d’Ivoire (FIKA-CI) a procédé, samedi 4 juin, au lancement des activités de collecte et de vente du karité, au titre de l’année 2016. Pour l’occasion, le bureau exécutif de la FIKA-CI, présidé par madame Fatouma Coulibaly Camara, s’est déplacé au chef-lieu du District du Zanzan (Bondoukou et Bouna), grande zone productrice de beurre de karité en Côte d’Ivoire.

L’ouverture de la traite a été marquée par une session de formation aux bonnes pratiques de production. L’événement a rassemblé une cinquantaine de personnes, dont des femmes leaders venues 30 villages de la région de Gontougo.

Cette formation s’inscrit dans le cadre du processus de renforcement des capacités des acteurs du karité dans les pays producteurs, membres de l’Alliance globale du karité (AGK). Une organisation qui regroupe le Mali, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Nigéria et le Bénin.

Une vue de la session de formation

Des participants attentifs aux séances d’explication dispensées par Edwige Hammond

L’objectif étant de former 1.000 femmes dans la région de Gontougo. Gboko Solange, déléguée régionale de la FIKA-CI, a plaidé pour une dotation des productrices locales en équipements mécaniques.

Pour la présidente Fatouma Coulibaly Camara, le karité est en plein essor dans le monde. Selon elle, il a été prouvé que l’exportation et la croissance économique découlant de ce produit sont un moyen de lutte contre la pauvreté. Mais « l’autonomisation des productrices passe par la connaissance et la maîtrise des bonnes pratiques de production des amandes de karité », a affirmé la patronne de la FIKA-CI. Elle a appelé à la mise à disposition d’un terrain pour la construction d’une usine de production de beurre de karité. Demande à laquelle a accédé Kossonou Kouassi Ignace, au nom du Conseil régional qu’il dirige.

Dispensée par Edwige Hammond, membre du comité exécutif de l’AGK, la formation s’est articulée autour de 9 points. Ils ont trait au ramassage en brousse des fruits du karité, leur dépulpage, la cuisson, le séchage, le décorticage et la conservation.

FIKA-CI3

À noter que le Zanzan est représenté au sein du bureau exécutif de la FIKA-CI par Lydie Kambou Rachel. Elle occupe le poste de vice-présidente chargée de la production. Elle porte aussi la triple caquette de déléguée régionale à Bouna, membre du Groupe de travail sur la qualité à l’AGK, et présidente de la Société coopérative simplifiée des productrices de karité du Bounkani (SCOOPS-PROKAB). Environ 4.000 femmes des zones rurales du Nord-Est vivent de la production du beurre de karité.

OSSÈNE OUATTARA

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Un commentaire

  1. Bonjour je suis un ramasseur de karité et je dispose de karité et je suis prêt a
    rentrer en partenariat avec des personnes vraiment sérieuse.par sérieux gardez vous de m’écrire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>