Jeudi , 17 août 2017
L'Édito

BONDOUKOU : 15 hectares pour des usines de transformation d’anacarde

Une vue d'hommes d'affaires vietnamien au forum économique, le 19 avril 2016

Des hommes d’affaires vietnamiens au forum économique, à Abidjan, le 19 avril 2016

Abidjan, mercredi 19 avril. Présentant les opportunités d’investissements dans la filière anacarde lors du forum économique ivoiro-vietnamien, le directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde a annoncé l’aménagement d’un terrain de 15 ha à Bondoukou. Le site accueillera des unités de transformation de noix brutes de cajou, selon Adama Coulibaly. Une décision qui fait suite à la volonté de l’État d’accroître le taux national de transformation du produit.

La Côte d’Ivoire ne lésine pas sur les moyens d’y parvenir. Une série de mesures ont été prises. Outre le Salon international des équipements et des technologies de transformation de l’anacarde (SIETTA) – rendez-vous de tous les acteurs de la chaîne des valeurs du secteur cajou –, le pays permet aux transformateurs locaux d’acheter directement aux paysans les noix brutes. Ce qui n’est pas permis aux exportateurs. De la présentation faite par le directeur général, il est aussi ressorti les efforts entrepris pour l’amélioration de la production. Les recherches ont permis la découverte de 3 variétés d’anacardier. Chacune d’elles pouvant avoir un rendement de 2 tonnes à l’hectare.

Dans chaque grande zone de production, il est prévu la construction d’entrepôts de stockage. En plus, le Conseil du coton et de l’anacarde apportera un soutien aux usines locales pour leur faciliter l’approvisionnement en matières premières.

Le secteur anacarde intéresse les hommes d’affaires vietnamiens. À noter que la Côte d’Ivoire est 2ème partenaire commercial du Viêt-nam en Afrique. Depuis 2016, ce pays asiatique est 1er partenaire au niveau de la noix de cajou, devant l’Inde et le Brésil. Les exportations de la Côte d’Ivoire vers le Viêt-nam sont de 390.978 tonnes (plus de la moitié de la production ivoirienne d’anacarde). « Ce volume ne suffit pas à combler nos besoins », a affirmé le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères, Vu Hong Nam, chef de délégation.

Les énormes besoins du Viêt-nam en amandes, une opportunité dont devrait se saisir la Côte d’Ivoire (premier producteur mondial d’anacarde) pour capter des capitaux du géant asiatique et donner un coup d’accélérateur à la transformation. « Venez en Côte d’Ivoire, vous qui avez la technique de la transformation ! Venez ouvrir des magasins pour être plus proche du futur plus grand marché de la transformation des noix de cajou ! », a lancé Adama Coulibaly à l’endroit de la forte délégation d’investisseurs vietnamiens. Même appel, quelques instants plutôt, de Souleymane Diarrassouba (ministre du Commerce et des PME), qui a ouvert le forum économique tenu à la Chambre de commerce et d’industrie.

OSSÈNE OUATTARA

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Un commentaire

  1. quel bonheur pour le ZANZAN ! ma région de rêve

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© Copyright 2015