Samedi , 18 novembre 2017
L'Édito

Babacauh Koffi Dongo : l’homme qui a introduit l’igname Florido en Côte d’Ivoire

Le professeur Babacauh, l'homme qui a introduit l'igname Florido en Côte d'Ivoire

Le professeur Babacauh, l’homme qui a introduit l’igname Florido en Côte d’Ivoire

Le Nord-Est de Côte d’Ivoire est la première région productrice d’ignames du pays. Une place de leader en termes de la diversité des tubercules, leur qualité, et leur quantité. Un homme a contribué à ce succès en introduisant, dans les années 1980, le Florido. Cette variété améliorée du « Bêtê-bêtê » donne un meilleur rendement. On doit à Babacauh Koffi Dongo l’introduction du tubercule dans le pays. Cet ingénieur agronome de formation est professeur d’agronomie à l’Institut polytechnique Houphouët-Boigny (INPHB) de Yamoussoukro. Il est de Sapia, un village de la sous-préfecture de Tabagne, dans le département de Bondoukou. Portrait.

Un « boulimique » de la connaissance

Le doyen des cadres de la Tatawa (une zone de montagnes regroupant plusieurs villages du département de Bondoukou) est enseignant-chercheur. Maître de conférences à l’INPHB. Sa spécialité : les phytopathologies (maladies des plantes). Depuis 2010, l’homme est à la retraite.

Long et riche, le chemin parcouru par Babacauh Koffi Dongo. Un « boulimique » de la connaissance. Juillet 1967, il sort de l’École nationale supérieure agronomique de Rennes (France) avec le diplôme d’ingénieur agronome. Suivi, 2 ans après, d’un diplôme en phytopathologie du cycle de l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSTOM) à l’Université Paris-Sud. Et du laboratoire ORSTOM de Brazzaville (Congo). Cet organisme est remplacé par l’Institut de recherche pour le développement (IRD). La même année, il obtient un Doctorat 3ème cycle.

En 1980, l’ingénieur obtient un Doctorat d’État à l’École nationale supérieure agronomique (ENSA) d’Abidjan et à l’Université Paris-Sud d’Orsay. Option : phytopathologie. Le thème de la recherche a porté sur la pourriture brune des cabosses du cacaoyer.

Profitant de ses congés (année sabbatique) aux États-Unis en 1983, il décroche un diplôme en épidémiologie et pathologie végétale à l’Université de Pennsylvanie.

Le cheminement professionnel 

Le chemin professionnel du natif de Sapia, quasiment proportionnel à la longueur du parcours universitaire. De 1972 à 1985, il enseigne à l’École nationale supérieure agronomique d’Abidjan. Ses cours portent sur les principales maladies des plantes en Côte d’Ivoire et dans le monde. De 1998 à 2002, Babacauh professe à l’INPHB. Champs d’intervention : épidémiologie, interaction hôtes/parasites, biotechnologies et perspectives de lutte en pathologies végétales.

Il est chercheur parallèlement à ses fonctions d’enseignant. Les structures qui l’ont accueilli sont l’ORSTOM, l’International federation of clinical chemistry (IFCC), et l’ENSA. Ses recherches ont porté sur la conservation post-récolte des tubercules d’ignames, des fruits exportés, et sur les cocotiers (la maladie de Samo). Au cours de cette période, il fait découvrir aux Ivoiriens le Florido, une variété d’igname originaire de Porto Rico (Puerto Rico), dans les Antilles. En rendement, cette variété améliorée du « Bêtê-bêtê » a supplanté les espèces locales et révolutionné les habitudes culturales des paysans.

Le professeur Babacauh est auteur de nombreuses publications dans des revues scientifiques. Il encadre des étudiants pour la production de leurs mémoires et thèses.

L’ancien étudiant de l’ENSA a dirigé l’établissement de 1984 à 1985. Puis de 1988 à 1989. L’enseignant-chercheur était chargé, en 1988, de transférer l’école agronomique à Yamoussoukro. En 1985, le centre de formation en agriculture était doté d’un budget de 1.2 milliard de francs CFA.

De 1993 à 1994, il est coordonnateur de l’Institut des forêts (IDEFOR) avec 2 principales missions, en plus de l’harmonisation de la gestion : restructurer la recherche agronomique en relation avec l’Institut des savanes (IDESSA), et la mise en place des bases de la création du futur Centre national de recherche agronomique (CNRA).

Un des acteurs de ce qui s’est fait de grand en agriculture

Babacauh Koffi Dongo est un des acteurs de ce qui s’est fait de grand dans le domaine agricole, en Côte d’Ivoire. Avec des qualités de manager, il a dirigé de grandes entreprises de développement agricole. De 1985 à 1992, directeur général de la Compagnie ivoirienne pour le développement des textiles (CIDT). Société disposant d’une ressource humaine estimée à 3.000 employés, 10 usines d’égrenage, et un chiffre d’affaire de 84 milliards de francs CFA en 1990.

De 1994 à 1997, PCA de Palmindustrie (société d’État employant près de 10.000 personnes). Les palmeraies industrielles couvrent une superficie de 140.000 ha. Chiffre d’affaire : 60 milliards de francs CFA.

Entre 2004 et 2006, pas moins de 4 homologations de produits phytosanitaires (Mirage 450 SC, Baycor 500 SC, Siganex 600 SC,…) ont requis l’expertise du chercheur. Les rapports d’exécution ont été livrés à de grands groupes industriels (BAYER) et exportateurs de fruits (ALM AO).

Depuis 2007, Babacauh Koffi est administrateur/Consultant de Prestagri-Consulting (société anonyme d’études et formations agricoles).

L’ancien coordonnateur de l’IDEFOR a de nombreuses expertises internationales à son arc. En 1995, il est Consultant à Industrial promotion services (IPS), dont Filature tissage sac (FILTISAC), une des succursales. Des missions au Burkina-Faso.

Octobre 2001, il est membre du staff scientifique de revue du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD). Il fait une contribution écrite sur la filière coton.

Entre 2001 et 2002 : Consultant à la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) au Tchad. Principale organisation du groupe de la Banque mondiale. Sur les stratégies de vulgarisation agro-sylvio-pastorale, l’ingénieur agronome est chargé, en tant qu’expert principal, d’animer l’équipe d’experts locaux pour le recueil de données.

Il est membre du comité scientifique du Pôle régional de recherche appliquée au développement des savanes d’Afrique centrale (PRASAC), une structure regroupant le Cameroun, le Tchad et la Centrafrique, ainsi que des partenaires européens.

Babacauh Koffi Dongo est Correspondant étranger de l’Académie d’agriculture de France, section Sciences de la terre et Sciences biologiques. Une riche carrière couronnée par une distinction de la République. Le professeur d’agronomie est Commandeur dans l’ordre du Mérite agricole de Côte d’Ivoire.

 OSSÈNE OUATTARA

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

3 commentaires

  1. tigori kouassi drissa

    c’est un monsieur que j’ai connu lors des campagnes des conseils régionaux passé et j’ai même milité en sa faveur, mais après les campagnes pour quoi est il resté dans l’ombre.
    Avec d’immenses connaissances pour n’a t il pas commencé tôt.
    C’est aussi ça la politique, comme on le dit « qui veut aller loin ménage sa monture »
    je suis du bini, et je reste encore à sa disposition

  2. Brillante carrière cher frère Koffi Babacauh qui m’a amené aussi à soutenir votre candidature lors des élections régionales où j’ai soigneusement évité l’interpellation sur le dossier de l’étude du Micro-Climat du ZanZAn remise à vous en 1995 ( c’était à l’occasion de la préparation de la visite du Chef de l’Etat d’alors Le Président Henri Konan Bedié dans le Zanzan ) avec en toile de fond la recherche sur le rônier ce succulent fruit de notre région adapté au climat des savanes à l’image du cocotier des zones humides en vue de l’optention près de 10 à 20 ans après une ‘hybride à croissance de taille moyenne pour une exploitation agrio-industrielle ; d’immenses plantations de rôniers de taille moyenne à perte de vue comme les champs de palmiers sur la côtière… des usines de transformation…des milliers d’emplois et un abaissement du niveau de pauvreté …à l’époque en recevant le dossier vous m’avez féliicité mais le suivi…plus rien !

    Cher frère il n’est jamais trop tard pour léguer aux générations futures…

    Autre appel depuis 2011 j’ai cherché un porte drapeau pour la tenue des Etats Généraux du ZanZan devant réunir la Diaspora interne et externe du ZanZan en vue d’une forte mobilisation d’opérateurs économiques en appui au projet du développement économique du gouvernement pour notre région qui accuse un taux élevé de pauvreté

    mon contact électronique avec infoszanzan …

  3. Grand merci à infoszanzan pour la promptitude de réaction c’est un bon signe pour l’avenir
    j’ai bien reçu le contact de Mr Koffi Babacauh et j’attends sa contribution sur infoszazan qui nous servira de tuteur et me rassurera que je ne serai point laissé une fois de plus au bord de la route dans l’action engagée i sur la toile d’infoszanzan dans les années 2011,2012,2013 je suis intervenu et rappeler les enormes déceptions des cadres du zanzan au plus haut sommet qui ont fait perdre au Zanzan des opportunités économiques enormes à travers des ratages de jumelages hautement opportunistes avec l’Italie et Le Canada …..et cela à répétition de quoi démobiliser plus d’un …hélas …

    Sur la plateforme des Etats-Generaux du Zanzan un espace de choix pour les médias dont infoszanzan que je découvrais avec grande joie à l’époque et celà grace à mon fikls qui a crée mon facebook et fait découvrir les réseaux sociaux dont j’ignorais totalement l’existence on était sur le reseau yahoo.fr mais un moment donné impossible d’accès à tout compte il a décidé de changer de reseau me basculant sur hotmail.com beaucoup de contacts perdus à qui je presente aujourd’hui mes sincères excuses …bref! les médias une place de choix pour un soutien conséquent dans cette noble tache d’information pour notre région…
    Ayant exercé dans le sud-ouest j’ai pu evalué la puissance financière de notre Diaspora interne ..Cpmment canaliser cette option économique sur notre région et le potentiel de la Diaspora externe …il y’a urgence d’une coordination d’action et seule la tenue de ces Etats Generaux du Zanzan peuvent permettre une décantation de la situation étant personnelement déficitaire financièrement( sinon depuis belle lurette j’aurai brandit l’étendard) j’ai cherché des portes drapeaux en vain …aujourd’hui un appel est lancé au Frère Koffi Babacauh ..il a l’aura necessaire pour l’organistion de cette importante rencontre un nouveau challenge pour lui , un immense espoir pour la région en appui au projet de développement du gouvernement pour la région du Zanzan où on relève un seuil de pauvreté enorme et un élan de solidarité sans faille … j’attends donc la réaction du Professeur Babacauh sur la toile d’infos zanzan avant tout contact télephonique

    Le soutien d’infoszanzan pour nous ne faiblira point nous en sommes certains et bientôt avec l’aide d’informaticiens (puisque je maîtrise peu cet outil..) la plateforme des Etats-Generaux du Zanzan sur la toile pour information avant la tenue que nous esperons fortement les mois à venir
    Monsieur le Directeur de infoz infoszanzan grande felicitation pour votre travail et une fois de plus Merci…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>