Samedi , 23 septembre 2017
L'Édito

300 producteurs formés sur la gestion des maladies de l’anacardier

Une vue des apprenants posant dans un champ d'anacardier

Une vue des apprenants posant dans un champ d’anacardier

Depuis la traite 2015, la Côte d’Ivoire est devenue premier pays producteur et exportateur mondial de noix brutes de cajou avec une production de 702.510 tonnes. Pour maintenir ce rang, le Conseil du coton et de l’anacarde – l’organe de régulation – a financé des recherches sur l’anacardier. Les résultats ont abouti à l’élaboration d’une carte sanitaire et d’un système de veille réalisés conjointement par le laboratoire de physiologie de l’université Félix Houphouët-Boigny, l’université Lorougnon Guédé de Daloa, l’Institut national polytechnique de Yamoussoukro et le Centre national de recherche agronomique (CNRA). La carte sanitaire de l’anacardier, disponible sur le site smsillico.labophysioveg.com.

Cinq maladies majeures ont été répertoriées : l’anthracnose, le dieback, le mildiou, la gommose, et la bactériose. Quatre insectes ravageurs identifiés : l’analeptes trifasciata, l’apate terebrans, l’helopeltis anacardii et le mecocorynus sp.

Un technicien de l'ANADER en séance de démonstration aux apprenants

Un formateur de l’ANADER en séance de démonstration aux producteurs

L’étude révèle que le verger anacardier, comme toute culture, présente quelques défaillances au niveau de son système d’épidémio-surveillance. Les dernières prospections dans les vergers ont montré que plus de 40% sont attaqués.

En vue de renforcer les capacités des producteurs sur la connaissance des maladies et méthodes de lutte contre les parasites répertoriés, le Conseil du coton et de l’anacarde a formé 300 producteurs du grand nord (Odienné, Boundiali et Korhogo). Cette formation, qui s’est déroulée du 27 août au 3 septembre, vient appuyer le dispositif de conseil agricole mis en place depuis 2014 dans les régions productrices de noix de cajou.

La formation a pour but d’améliorer les connaissances et favoriser l’application des pratiques de gestion intégrée et durable des maladies et insectes ravageurs de l’anacardier. Pour voir la cartographie des vergers visités dans le Zanzan (Bounkani et Gontougo), cliquez sur smsillico.com/labophysioveg.

OSSÈNE OUATTARA

A propos de Info du Zanzan

Contactez-nous par mail à redaction.infosduzanzan@gmail.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>